Cité-dôme en coupe

Ici, Un exemple de cité dome en mode quasi autarcique : les pans du dôme sont fermés (comme ce fut le cas pendant l'hiver nucléaire qui succéda à la chute du météore géant baptisé la faucheuse)… Je l'annoterai un de ces quatre, promis ^^'

*edit* Pas d'annotations, mais un petit texte à la place :

Une cité bunker est généralement chapeautée de deux dômes distincts (parfois plus) : une coupole interne propre au coeur et celle, plus grande, couvrant l'ensemble. Ces deux coupoles sont rétractiles ainsi que leurs structures de soutiens (de même que certains bâtiments du coeur lui-même qui peuvent éventuellement tenir lieu de pilastres de fortune si les trois tours centrales venaient à faire défaut pour une raison x ou y). En temps normal (ainsi que durant l'ère succédant à la faucheuse), quand sa mise en place est nécessaire, seul la coupole principale (plus grande) est généralement déployée avec les structures de soutiens lui étant propres.

De là, la gestion de la rétractabilité de la coupole interne du primus sector ne s'est réellement posée qu'à la suite des guerres institutionnelles pour faire du coeur une place forte bien à part en temps de crise (lequel était d'ailleurs déjà le théâtre de l'essentiel des conflits) d'autant que l'on accède aux autres niveaux souterrains de ces cités par le biais du trognon formé par le coeur en lui-même. La structure de ces mégapoles ressemble donc à un champignon étagé et en grande partie enterré (hormis la plateforme superficielle et ses dômes rétractiles) avec tout au fond du puis, la centrale automatisée alimentant le reste de la cité en permanence via le reste du trognon.

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

Poster un commentaire :